` ` ` `

Se préparer pour une transatlantique : Conseils et astuces

SE PRÉPARER POUR UNE TRANSATLANTIQUE

‍La traversée transatlantique est une aventure significative pour tout marin passionné. Que vous soyez un skipper expérimenté ou un membre d’équipage novice, une préparation minutieuse est cruciale pour garantir une traversée sûre et agréable.

En partenariat avec Le Rallye des Îles du Soleil, Antoine Penot, co-fondateur de VOGAVECMOI, a animé une conférence sur le thème : Réussir sa transatlantique.

Riche d’enseignements, cette conférence est à revoir sans modération ci-dessous. 👇

Retour sur la conférence « Comment réussir sa transatlantique ? »

Si vous êtes un passionné de voile et rêvez de traverser l’Atlantique, le Rallye des Îles du Soleil 2024 est l’événement à ne pas manquer. Dans cet article, nous revenons sur une récente conférence où Alexia, Etienne et Philippe, experts de la transatlantique, en compagnie d’Antoine, ont partagé des conseils et informations précieuses sur la préparation nécessaire, les formations recommandées, la composition de l’équipage… pour une expérience de navigation réussie et sécurisée.

Qu’est-ce que la transatlantique

La course transatlantique est une épreuve nautique qui consiste à traverser l’océan Atlantique à bord d’un voilier. Différents parcours sont possibles. En ce qui concerne le Rallye des Îles du Soleil, le départ, pour Marie-Galante (Guadeloupe), sera donné à La Palma aux Canaries le 1er novembre 2024. Une escale est prévue à Mindelo (Cap-Vert).

Cette course présente des défis uniques, allant de la navigation dans des conditions météorologiques imprévisibles à la gestion de l’équipage en mer… pendant plusieurs jours ou semaines.

Quels sont les critères de participation au Rallye des Îles ?

Pour participer à la course transatlantique, il est nécessaire de disposer ou d’embarquer à bord d’un voilier conforme à la division 240 hauturière. Les bateaux doivent mesurer entre 10 et 20 mètres, qu’ils soient monocoques ou multicoques. Les bateaux de moins de 10 mètres peuvent également participer s’ils sont homologués en catégorie A.

Quel équipement est requis ?

Pour ce qui concerne l’équipement, il n’y a pas de spécificités majeures autres que la conformité avec la division 240 hauturière. Cependant, un émetteur-récepteur AIS et un moyen de communication par satellite sont nécessaires.

Ces équipements sont indispensables pour une traversée en toute sécurité.

Préparation du bateau : les étapes clés

La préparation du bateau est une étape cruciale pour assurer une traversée réussie. Cela nécessite une attention particulière sur plusieurs aspects importants du bateau.

Voici quelques points clés à considérer :

Inspection du bateau

Avant de partir en mer, il est essentiel d’inspecter le bateau pour s’assurer qu’il est en bon état. Cela comprend la vérification de l’état de la coque, du pont, des voiles, du moteur, de l’équipement de navigation, des systèmes d’urgence, etc. Tous les problèmes potentiels doivent être identifiés et résolus avant le départ.

Les conseils de nos experts

  • Vérifier le gréement
    Il est vivement conseillé de faire vérifier le gréement par un professionnel avant de partir. Le gréement dormant doit être changé tous les 10 ans. Même si votre gréement a moins de 10 ans, une vérification est nécessaire pour détecter d’éventuelles fissures ou signes d’usure.
  • Renforcer les voiles
    Les voiles doivent être renforcées pour résister aux nombreuses heures de navigation au portant. Les patchs de renfort peuvent être appliqués sur la grand-voile à tous les points où elle pourrait venir en contact avec les barres de flèche.
  • S’entraîner à prendre des ris
    Il est important de s’entraîner à prendre des ris au portant. Cela permet d’éviter les manœuvres délicates et potentiellement dangereuses qui sont nécessaires pour réduire la voilure lorsqu’on est au près.

Maintenance du moteur

Le moteur est le cœur du bateau et doit être maintenu en parfait état de fonctionnement. Cela comprend le changement d’huile, le remplacement des filtres, la vérification de l’état des courroies, la vérification de la batterie, etc. Un moteur bien entretenu est essentiel pour une traversée réussie.

Préparation de l’équipement de navigation

L’équipement de navigation fait également partie des indispensables pour naviguer en toute sécurité. Il comprend les cartes marines, le GPS, le radar, le sonar, les jumelles, etc.

Les conseils de nos experts

Il est certes important de s’assurer que tout l’équipement de navigation fonctionne correctement, mais surtout de se familiariser avec son utilisation avant de partir.

Préparation des systèmes d’urgence

En cas d’urgence, il est crucial d’avoir des systèmes d’urgence opérationnels. Cela comprend les gilets de sauvetage, les radeaux de sauvetage, les fusées éclairantes, les extincteurs, les radios d’urgence, etc. Il est également important de s’assurer que tous les membres de l’équipage sont familiarisés avec l’utilisation de ces systèmes.

Approvisionnement en provisions

Enfin, il est important de s’assurer que le bateau est bien approvisionné en nourriture, en eau et en carburant pour la durée prévue de la traversée. Il est également judicieux d’emporter des provisions supplémentaires en cas d’imprévus.

Une préparation minutieuse du bateau est essentielle pour assurer une traversée réussie. Il est important de prendre le temps nécessaire pour s’assurer que tout est en ordre avant de partir en mer.

Gestion de l’énergie dans les courses transatlantiques

Dans l’environnement exigeant d’une course transatlantique, la gestion de l’énergie à bord est une tâche cruciale. L’énergie utilisée à bord ne sert pas seulement à la propulsion en cas de besoin, mais également à divers autres systèmes qui assurent la sécurité, l’efficacité et le confort de l’équipage.

Consommateurs d’énergie à bord

Il y a plusieurs systèmes sur un bateau de course au large qui consomment de l’énergie. Voici quelques-uns des principaux :

Systèmes de pilote automatique

Les systèmes de pilote automatique permettent de maintenir le cap du bateau, surtout lors de longs voyages. Ils aident à réduire la charge de travail de l’équipage et à assurer que le bateau reste sur la bonne voie. Cependant, ils sont également de grands consommateurs d’énergie.

Systèmes de communication

Les systèmes de communication par satellite sont essentiels pour maintenir le contact avec le monde extérieur. Ils sont utilisés pour les mises à jour météorologiques, les données de navigation et les situations d’urgence. Ces systèmes peuvent consommer une quantité substantielle d’énergie, surtout lorsqu’ils sont utilisés en continu. Le système Starlink, par exemple, offre une connectivité Internet haut débit partout dans le monde, mais il nécessite également une alimentation électrique constante pour fonctionner.

Systèmes de navigation et météorologiques

Les systèmes de navigation modernes, y compris le GPS et le radar, ainsi que les systèmes météorologiques, sont indispensables pour un voyage sûr et efficace. Ils fournissent des données en temps réel sur la position du bateau, son cap et les conditions météorologiques. Inconvénient, ils nécessitent également une quantité significative d’énergie.

Systèmes d’éclairage et de confort

Les systèmes d’éclairage, nécessaires pour la visibilité lors de la navigation de nuit, les systèmes de confort comme la cuisine, la réfrigération… consomment également de l’énergie. Bien qu’ils ne soient peut-être pas aussi essentiels que les systèmes mentionnés ci-dessus, ils contribuent à la consommation d’énergie globale.

Stratégies de gestion de l’énergie

Étant donné l’importance de ces systèmes et les ressources énergétiques limitées à bord, des stratégies de gestion de l’énergie efficaces sont cruciales. Celles-ci peuvent inclure :

Utilisation efficace de l’énergie

Cela implique d’optimiser l’utilisation de divers systèmes pour réduire la consommation d’énergie. Par exemple, en utilisant les systèmes de pilote automatique uniquement lorsque cela est nécessaire, ou en gérant efficacement l’utilisation des systèmes de communication.

Sources d’énergie renouvelable

De nombreux bateaux modernes sont équipés de sources d’énergie renouvelable comme des panneaux solaires ou des éoliennes. Celles-ci peuvent fournir une source d’énergie durable, réduisant la dépendance aux sources de carburant traditionnelles.

Les conseils de nos experts

Privilégiez l’utilisation combinée de plusieurs sources d’énergie, telles que les hydrogénérateurs, les panneaux solaires, les éoliennes et les alternateurs du moteur.

Surveillez régulièrement l’état de charge des batteries et n’hésitez pas à les remplacer si nécessaire avant la transatlantique.

Stockage d’énergie et sauvegarde

Disposer de systèmes de stockage d’énergie efficaces et d’options de sauvegarde est une bonne solution. Cela peut inclure des batteries, des piles à combustible, ou même des réserves de carburant traditionnelles.

En conclusion, la gestion de l’énergie dans une course transatlantique implique un équilibre délicat entre les besoins énergétiques de divers systèmes et les ressources énergétiques disponibles. Elle nécessite une planification minutieuse, une utilisation efficace et l’intégration de solutions énergétiques modernes et durables.

Le cas particulier du pilote automatique – votre meilleur équipier

Le pilote automatique joue un rôle primordial lors d’une course transatlantique. Il est conçu pour prendre en charge la direction du bateau pendant de longues périodes, ce qui permet à l’équipage de se concentrer sur d’autres tâches importantes. Cela peut inclure la navigation, la maintenance du bateau, le repos, et la préparation des repas. En libérant l’équipage de la tâche de direction, le pilote automatique contribue à améliorer l’efficacité globale de l’équipage.

Comprendre les modes de fonctionnement du pilote automatique

Le pilote automatique est équipé de trois modes de fonctionnement principaux, à savoir le mode compas, le mode vent apparent et le mode vent réel.

  • Mode compas : Dans ce mode, le pilote automatique dirige le bateau en fonction d’un cap magnétique prédéfini. Il est idéal pour la navigation en eaux calmes et lorsqu’il n’y a pas de changements fréquents de direction.
  • Mode vent apparent : Ce mode permet au pilote automatique de diriger le bateau en fonction de la direction et de la vitesse du vent apparent, c’est-à-dire du vent ressenti sur le bateau. Il est particulièrement utile lors de la navigation à la voile.
  • Mode vent réel : Dans ce mode, le pilote automatique utilise les données de la vitesse et de la direction du vent réel, c’est-à-dire du vent mesuré indépendamment du mouvement du bateau. Ce mode est idéal pour naviguer dans des conditions de vent changeantes.

La connaissance et la maîtrise de ces modes sont essentielles pour une navigation efficace et économe en énergie. Ils permettent à l’équipage de choisir le mode le plus approprié en fonction des conditions de navigation et des objectifs de la course.

Les conseils de nos experts

Lors d’une transatlantique, le bateau naviguera surtout sur des allures portantes. Il est préférable d’utiliser le mode vent réel. La navigation sera plus confortable :

  • Mode compas : Attention à l’empannage si le vent tourne
  • Mode vent apparent : Au portant, le bateau a tendance à accélérer, ralentir, accélérer… ce qui implique de fortes variations du vent apparent. Dans ce mode, le bateau aura tendance à faire des lacets – Attention au départ au lof ou à l’abattée.

Enfin, pensez également à bien régler votre pilote et bien le calibrer. Une réponse trop fine ou un gain de barre important sollicitera plus le pilote : plus de pannes, plus de consommation énergétique.

Prévoir une alternative en cas de panne du pilote automatique

Malgré sa fiabilité, une panne du pilote automatique peut survenir à tout moment. Cela peut être dû à une défaillance technique, à une panne d’énergie, ou à des conditions météorologiques extrêmes. En conséquence, il est essentiel de prévoir une alternative en cas de panne.

Une option pourrait être d’avoir un équipage suffisamment nombreux pour prendre le relais de la direction du bateau. Cela nécessite une planification minutieuse de la rotation de l’équipage, les quarts, pour s’assurer que quelqu’un est toujours disponible pour prendre la barre.

Une autre option serait d’avoir un deuxième système de pilotage automatique à bord. Cela fournirait une redondance et permettrait de continuer à naviguer automatiquement en cas de panne du premier système. Cependant, cela nécessiterait un investissement supplémentaire en termes de coût et d’espace à bord du bateau.

Les communications par satellite

Les communications par satellite jouent un rôle majeur dans la course transatlantique. Non seulement elles assurent la sécurité des participants, mais elles contribuent également à leur succès. Grâce à ces communications, les participants peuvent recevoir des informations météorologiques en temps réel, rester en contact avec le reste du monde, et demander de l’aide en cas d’urgence.

Choisir le bon système de communication

Il existe une grande variété de systèmes de communication par satellite disponibles sur le marché. Parmi les plus connus, on trouve Starlink, développé par SpaceX, et Iridium.

Starlink se distingue par sa capacité à fournir une connexion Internet haut débit dans les endroits les plus reculés du globe.

Iridium, de son côté, offre une couverture mondiale grâce à sa constellation de 66 satellites en orbite basse. Il est réputé pour sa fiabilité, mais sa bande passante est plus limitée que celle de Starlink.

Le choix du système dépendra de vos besoins spécifiques. Par exemple, si vous avez besoin d’une connexion Internet haut débit pour télécharger des cartes météorologiques détaillées, Starlink pourrait être le meilleur choix. Si vous avez besoin d’une communication fiable, même dans les conditions les plus difficiles, Iridium pourrait être préférable.

Assurer une utilisation efficace de la communication par satellite

Une utilisation efficace de la communication par satellite nécessite une planification et une gestion soigneuses. Voici quelques conseils pour y parvenir :

  • Minimiser la consommation d’énergie : Comme nous l’indiquions précédemment, les communications par satellite peuvent consommer beaucoup d’énergie. Il est donc important de les utiliser judicieusement pour préserver la batterie de votre bateau. Par exemple, vous pouvez programmer vos appels et téléchargements à des moments où votre système d’énergie est à son maximum.
  • Éviter les appels inutiles : Chaque appel ou message envoyé via satellite a un coût. Évitez donc les communications inutiles et privilégiez les messages textes courts et concis.
  • Maintenir le système : Assurez-vous que votre système de communication est correctement configuré et entretenu. Un système mal configuré ou mal entretenu peut entraîner des problèmes de communication et consommer plus d’énergie.

Les conseils de nos experts

Pour limiter le stress du départ, testez, testez, testez… Testez avant de partir vos logiciels de navigation, activez vos abonnements satellites…

La sécurité en mer

La sécurité en mer est une préoccupation majeure lors de la course transatlantique. Les conditions météorologiques imprévisibles, les problèmes techniques et les problèmes de santé peuvent survenir à tout moment pendant la traversée. Il est donc essentiel d’être bien préparé et de prendre toutes les précautions nécessaires pour assurer la sécurité de l’équipage et du bateau.

Les formations de sécurité

Avant de participer à la course transatlantique, il est recommandé de suivre des formations de sécurité. Ces formations couvrent une variété de sujets, allant de la survie en mer aux premiers secours. Elles fournissent des compétences précieuses, vitales en cas d’urgence.

La formation à la survie en mer, par exemple, enseigne comment utiliser les équipements de sécurité, comment survivre dans l’eau froide, comment utiliser les radeaux de sauvetage et comment signaler une situation d’urgence. La formation aux premiers secours, quant à elle, couvre des compétences telles que la RCR, le traitement des blessures et la gestion des problèmes de santé qui peuvent survenir en mer.

Les équipements de sécurité

Il est crucial d’avoir à bord tous les équipements de sécurité nécessaires. Cela comprend les gilets de sauvetage, les radeaux de survie, les balises de détresse EPIRB (Emergency Position Indicating Radio Beacon) et les trousses de premiers secours.

  • Les gilets de sauvetage doivent être portés en tout temps lorsqu’on est sur le pont. Ils doivent être de la bonne taille et être correctement ajustés pour assurer une flottabilité efficace.
  • Les radeaux de survie sont essentiels, et obligatoires, en cas d’abandon du navire. Ils sont conçus pour protéger contre les éléments et fournir un moyen de signaler la position de l’équipage.
  • Les balises de détresse EPIRB sont des dispositifs qui émettent un signal de détresse à des satellites. En cas d’urgence, ces balises peuvent aider les équipes de recherche et de sauvetage à localiser rapidement le bateau.
  • Les trousses de premiers secours doivent être bien équipées pour traiter une variété de problèmes de santé, y compris les blessures, les brûlures, l’hypothermie et la déshydratation.

Ces équipements de sécurité doivent être en bon état de fonctionnement et facilement accessibles en cas d’urgence. Il est également important de s’assurer que tous les membres de l’équipage savent comment utiliser ces équipements.

Les conseils de nos experts

Munissez-vous de balises PLB : Balise de détresse personnelle qui vient en backup à une balise EPIRB qui peut échapper des mains avant d’être activée…

Composer son équipage pour une transatlantique

Pourquoi le recrutement d’un équipier pour une transat est une opération délicate ?

Le recrutement d’équipiers pour une traversée transatlantique, ou transat, est une opération délicate et exigeante. Elle nécessite de trouver des individus qui sont non seulement des marins compétents, ayant une connaissance approfondie de la navigation et des compétences techniques, mais aussi des personnes capables de vivre dans un espace restreint pendant une période prolongée, souvent plusieurs semaines ou même des mois.

Les équipiers doivent être capables de travailler ensemble efficacement, de collaborer et de communiquer de manière efficace, et de gérer les éventuelles urgences qui peuvent survenir pendant la traversée, qu’elles soient météorologiques, mécaniques ou médicales.

Le chef de bord, qui est responsable de la sécurité de l’équipage et du bateau, doit pouvoir faire confiance à son équipage.

Pourquoi embarquer un ou plusieurs équipiers ?

La raison principale d’embarquer des équipiers est la sécurité. Avoir plus de personnes à bord permet une rotation des tâches, afin que tout le monde puisse se reposer. C’est particulièrement important lors de longues traversées où la fatigue peut devenir un problème sérieux. De plus, avoir plus d’équipiers permet d’avoir plus de mains sur le pont en cas d’urgence.

Comment recruter ses équipiers ?

Le recrutement des équipiers peut se faire par différents canaux. Ceux-ci peuvent inclure les clubs de voile, les plateformes en ligne dédiées à la recherche d’équipiers, ou par le biais de réseaux personnels. Il est important d’interviewer les équipiers potentiels pour évaluer leurs compétences en voile, mais aussi leur personnalité et leur capacité à gérer le stress d’une longue traversée.

Quel niveau exiger de ses futurs équipiers ?

Bien qu’il soit important d’avoir des équipiers expérimentés, il est également crucial de se rappeler qu’il ne peut y avoir qu’un seul chef de bord. Même si un équipier a beaucoup d’expérience, il doit être capable de suivre les ordres et travailler en équipe.

Comment attirer les meilleurs équipiers ?

Un bateau bien préparé est un bon début pour attirer les meilleurs équipiers. Cela montre que le propriétaire est sérieux et engagé dans la traversée. De plus, fournir des informations claires sur la traversée, les tâches attendues et les coûts partagés peut aider à attirer des équipiers expérimentés et engagés.

Quels frais partager ?

Les frais partagés comprennent généralement la nourriture, les boissons, les frais de port et le carburant. Il est important de déterminer le montant par jour et par personne à l’avance, et d’être transparent sur ces coûts.

Dans le cas d’un rallye, comme le Rallye des Iles du Soleil, il est également possible que les équipiers contribuent aux frais d’inscription du bateau.

Comment bien préparer son équipage pour une transatlantique ?

Pour éviter les désistements de dernière minute, il est possible de demander une avance sur les frais partagés. Vous pouvez également demander les billets d’avion des équipiers pour s’assurer qu’ils viendront.

Pensez à bien informer l’équipage du temps réel que prendra la traversée de l’Atlantique. Celle-ci peut être de plusieurs mois.

Enfin, il est également conseillé de ne pas réserver de billet de retour avant d’arriver, car la date exacte d’arrivée peut être difficile à prévoir.

Les conseils de nos experts

Vos meilleurs amis à terre ne sont pas forcément vos meilleurs amis à bord.

Ne recrutez pas vos équipiers au dernier moment. Anticipez ! Prenez le temps de choisir le(s) bon(s) équipier(s) et naviguez plusieurs jours ensemble en amont de la transat.

La faim, la soif, la fatigue… peuvent mettre à mal une transatlantique. Ménagez vos équipiers !

Bonus FAQ

Quelles sont les conditions requises pour participer à la course transatlantique ?

Pour participer à une course transatlantique, comme le Rallye des Îles du Soleil, vous avez besoin d’un voilier qui respecte la division hauturière 240. Les bateaux doivent mesurer entre 10 et 20 mètres, qu’ils soient monocoques ou multicoques. Les bateaux de moins de 10 mètres peuvent également participer s’ils sont approuvés dans la catégorie A.

Quels sont les points clés à considérer lors de la préparation du bateau pour la course transatlantique ?

Les points clés à considérer lors de la préparation du bateau pour la course transatlantique comprennent:
Vérifier le gréement par un professionnel.
Renforcer les voiles pour résister à de nombreuses heures de navigation au vent arrière.
Pratiquer la réduction de voilure au vent arrière pour éviter des manœuvres délicates et potentiellement dangereuses.

Quelle est l’importance de la gestion de l’énergie à bord pendant la course transatlantique ?

La gestion de l’énergie à bord est un aspect crucial de la course transatlantique. Il est important de produire et de stocker suffisamment d’énergie pour alimenter tous les systèmes à bord. Cela peut être réalisé en utilisant une combinaison de sources d’énergie telles que des hydrogénérateurs, des panneaux solaires, des éoliennes et des alternateurs de moteur.

Quel est le rôle du pilote automatique dans la course transatlantique?

Le pilote automatique est un membre d’équipage indispensable pendant la course transatlantique. Il est capable de piloter le bateau pendant de longues périodes, libérant l’équipage pour d’autres tâches. Il a trois modes de fonctionnement: mode compas, mode vent apparent, et mode vent réel (préféré au portant). La maîtrise de ces modes est essentielle pour une navigation efficace et économe en énergie.

Quels sont les systèmes de communication par satellite les plus connus pour la course transatlantique ?

Les systèmes de communication par satellite les plus connus pour la course transatlantique sont Starlink, développé par SpaceX, et Iridium. Starlink fournit une connexion Internet haut débit dans les endroits les plus reculés, tandis que Iridium offre une couverture mondiale avec une bande passante plus limitée.

Quels sont les équipements de sécurité essentiels pour une course transatlantique ?

Les équipements de sécurité essentiels pour une course transatlantique comprennent notamment :
Gilets de sauvetage : Doivent être portés en tout temps sur le pont.
Radeaux de survie : Essentiels en cas d’abandon du navire.
Balises de détresse EPIRB et PLB : Émettent un signal de détresse à des satellites.
Trousses de premiers secours : Doivent être bien équipées pour traiter divers problèmes de santé.

Pourquoi est-il important d’embarquer des équipiers pour une traversée transatlantique ?

L’importance d’embarquer des équipiers pour une traversée transatlantique réside principalement dans la sécurité. Plus de personnes à bord permettent une rotation des tâches, assurant le repos de tous et plus de mains sur le pont en cas d’urgence.

Comment peut-on recruter des équipiers pour une traversée transatlantique ?

Le recrutement des équipiers peut se faire par différents canaux comme les clubs de voile, les plateformes en ligne dédiées à la recherche d’équipiers, ou par le biais de réseaux personnels. Il est important d’évaluer leurs compétences en voile, leur personnalité et leur capacité à gérer le stress d’une longue traversée.

`
`